Dossier "Piscine Intercommunale" de Luçon

Publié le par Luçon Cap 2020

Ce projet de piscine qui fait déjà tant de remous

Luçon -

 

 

Comme le Grand séminaire en 2008, le projet de piscine est « l'otage » des municipales. La droite reproche à la gauche de ne pas vouloir du projet. Pour la gauche, le maire instrumentalise un projet intercommunal.

 

Une piscine à Luçon ? Dans la ville, depuis quelques mois, le sujet est sensible. Les partisans de Pierre-Guy Perrier, maire sortant, et Jean-Michel Demy, son adversaire aux municipales, se déchirent sur le sujet. Et pourtant, dans les deux camps, on est d'accord pour dire qu'une piscine est nécessaire.

« Mais pas à cet endroit », argumente Jean-Michel Demy, adversaire de Pierre-Guy Perrier, qui dénonce le forcing effréné, « et un peu curieux », de son adversaire politique. Et qui n'hésite pas à parler de « manoeuvres », quand il évoque les démarches de Pierre-Guy Perrier pour faire avancer un dossier « à marche forcée, pour des raisons que chacun ici devine ». Une allusion très claire à la campagne électorale.

« Il nous refait le coup de 2008. À l'époque, il avait le projet du Grand séminaire. Là, il essaie de refaire la même chose avec la piscine. » Le maire sortant l'a d'ailleurs « longuement » évoqué lors de ses voeux. Au point que Jean-Michel Demy se demande si Pierre-Guy Perrier n'a pas mordu la ligne jaune du code électoral, ce qui pourrait l'amener à déposer un recours.

De son côté, Pierre-Guy Perrier persiste et signe, balayant les critiques de Jean-Michel Demy. « La communauté de communes était partante pour une piscine, à condition qu'on lui cède gratuitement un terrain, rappelle Pierre-Guy Perrier. Après avoir pensé « à deux ou trois terrains », c'est vers le port que les élus ont tourné leurs regards, « sur une idée de Daniel Gachet », précise le maire sortant.

L'architecte est choisi

Entre les deux adversaires politiques, Jean Étienne, le président de la communauté de communes. Le maire de Sant-Denis-du-Payré est mis sous pression. Pour lui, les deux hommes doivent oublier leurs rivalités. « Il faut travailler pour nos populations, on a été élus pour ça », rappelle-t-il. Si tout va bien, espère-t-il, les premiers baigneurs pourraient barboter « fin 2016 ou début 2017 ». « Plus rien ne s'oppose à la réalisation du projet », ajoute-t-il. « Les services de l'État ont donné leur feu vert, et la commission des sites et des paysages aussi. » Même le choix de l'architecte est arrêté. « Le conseil communautaire délibérera le 13 mars », annonce-t-il. « Avant même que l'enquête publique, qui débute le 3 mars et se termine le 4 avril, ne soit bouclée », remarque, un peu abasourdi, Jean-Michel Demy. « Dans ce dossier, on continue de mettre la charrue avant les boeufs. »

Seul obstacle technique encore susceptible de se dresser sur la route de la piscine ? Le refus de la Ville de Luçon d'accorder un permis de construire. Envisageable ? Oui, si Jean-Jacques Demy prend le fauteuil de Pierre-Guy Perrier. Plutôt qu'une piscine à cet endroit, l'adversaire du maire sortant préfère imaginer le développement d'un tourisme fluvial, « en recreusant le port ». Irréaliste « sur le plan financier » estime Pierre-Guy Perrier. Pourtant, même si Jean-Michel Demy devenait maire, Jean Étienne veut croire que la raison l'emporterait. « Les choses s'arrangeraient », se persuade-t-il.

 

http://www.ouest-france.fr/ce-projet-de-piscine-qui-fait-deja-tant-de-remous-1969871

Intervention de Jean-Michel Demy lors de la présentation de la liste le 30/01/2013

Courrier du maire de Luçon au président de la communauté de Communes du Pays Né de la Mer. 28/06/2013

Courrier du maire de Luçon au président de la communauté de Communes du Pays Né de la Mer. 28/06/2013

Réponse du Sous-Préfet sur la légalité du procédé. 18/11/2013

Réponse du Sous-Préfet sur la légalité du procédé. 18/11/2013

Le 23 Mars, c'est vous qui décidez du lieu d'implantation de la future piscine intercommunale de Luçon !